Tycho Brahé I Parallaxe

Quand il compose, Tycho Brahé entend des voix. La sienne, avec laquelle il s’accorde de mieux en mieux, mais pas que. Des voix amies. Du coup, sur PARALLAXE, à l’instar de son deuxième album qui faisait l’apologie de la reprise collective, les invités abondent. Et une dizaine d’entre eux harmonisent joliment leur voix avec celle de Tycho Brahé, faisant de PARALLAXE une affaire de chansons : « Je me suis tenu à un format standard – couplet, refrain, couplet, etc. Autrement dit, des morceaux d’accès assez facile. En un mot, plus pop », dit-il. Pop ? Il faut s’entendre sur le terme. Les mélodies de Petite chenille, Nightingale, Another Place ou Silver And Salt ont le charme de la ritournelle façonnée par un artisan, accrocheuses sans besoin de battre le rappel. Quoi de plus cohérent chez quelqu’un qui, comme Tycho Brahé, élève Speed The Plough, Galaxie 500, Adem ou les groupes du label Flying Nun Records au rang d’artistes majeurs.Pour autant, la volonté d’écrire des chansons n’éclipse pas tout à fait la patte d’un musicien qui prend toujours un grand plaisir à tisser ensemble guitares, ukulélé, basse et quelques instruments jouets. Où un chant sensuel se pose tour à tour sur un tintement folk moderne puis sur un sol souvent tendre, brico-pop, pourrait-on dire. Quand arrive Plusieurs fois, la confidence tient du parlé, et l’on songe de loin à Arnaud Fleurent-Didier qui, lui aussi, nous soutiendrait mordicus que l’on peut tout loger dans une chanson. A la fin d’un parcours non dénué de quelques surprises – Lady Darling, avec l’écrivain Italo Calvino en guest ; Bathswim, « qui sonne comme une chorale d’hôpital psychiatrique… » dixit Lionel Fondeville, très présent sur le disque – Tycho Brahé trouve dans L’Immobilité une forme de paix intérieure. Un paradoxe pour un disque qui expérimente la parallaxe, soit « l’incidence du changement de position de l’observateur sur l’observation d’un objet » ! Pour l’auditeur, c’est en tout cas une occasion d’en voir de toutes les couleurs.
THOMAS SERONCet album est aussi le résultat de collaborations et rencontres amicales avec Polder, Lionel Fondeville, Minors, Yeepee, Orso Jesenka, Carton Sonore, Benoit Mignard, les chanteurs lyriques Christophe & Célia Gay, RÊVE, André Cheval et Didier Loth.

credits

released 24 March 2014(p) Tycho Brahé
(c) Tycho Brahé & les disques Normal
Advertisements