Santa Cruz I micrOrgan

Santa Cruz est sans doute l’une des formations françaises – oui, oui, malgré son nom, ce sextet qui sévit depuis une bonne dizaine d’années est issu de l’Hexagone – les plus atypiques qui soient. Unique, sommes-nous tentés d’ajouter parce qu’en six albums, dont un récent et formidable « Elvis in Acapulco » (2013), Santa Cruz n’a jamais cessé de, non seulement dessiner et construire des paysages sonores d’une troublante beauté mais aussi et surtout de se remettre en question. La preuve, on va y arriver, avec ce tout nouveau « MicrOrgan » qui voit le groupe réécrire son propre répertoire en mode acoustique.
Pour faire court en guise de rappel à l’intention des distraits endormis au fond de la classe, le coude sur le radiateur, Santa Cruz rappelle par ses racines l’Amérique de Lambchop, Sparklehorse, Calexico, Neil Young et bien d’autres encore. Pedal steel, dobro, banjo, claviers, corde et guitares aussi parce que Santa Cruz reste et restera un groupe de rock, les six musiciens et chanteur parviennent à offrir une vision toute personnelle d’une musique que le groupe revisite avec une foi peu commune lors de ses nombreux concerts.
Deux ou trois indices, enfin, qui sont révélateurs de la qualité intrinsèque de Santa Cruz. En, 2004, le groupe Archive reprend leur « Game of the pool » sur l’album « Unplugged ». Quand on sait que la deuxième reprise est « Girlfriend in a coma » des Smiths, on a envie de dire tout simplement « Respect ! ». En 2011 et 2012, Santa Cruz sillonne la France avec l’orchestre de Bretagne et des arrangements signés Joseph Racaille, rien de moins que l’arrangeur des cordes du « Fantaisie militaire » d’Alain Bashung. Enfin, sur ce même laps de temps, Santa Cruz, sans son chanteur, accompagne Miossec sur la tournée triomphale « Chansons ordinaires ».
Tout ça nous amène à « MicrOrgan », allusion au petit clavier à l’ancienne et pierre d’achoppement de l’édifice de ce nouveau Santa Cruz. Qui confirme la volonté du groupe de proposer à chaque fois une lecture différente. Dans la foulée des concerts en mode acoustique, Santa Cruz a carrément réécrit son répertoire sur ce même ton. Ou comment casser le jouet pour un résultat exaltant. Disque minéral et boisé, apaisé et lumineux, aérien et envoûté, pour ne pas écrire foutrement envoûtant, « MicrOgarn » fait preuve d’une solide classe. Parce que Santa Cruz a réussi l’exploit d’intemporaliser un répertoire d’une dizaine d’années grâce à ce relifting inspiré. Avec, en prime, un inédit et une reprise sacrément culottée du « You know i’m no good » d’Amy Winehouse.
Philippe MancheBooking : www.lestationservice.org

credits

released 26 May 2014(p) Hasta Luego Production
(c) Hasta Luego Production & les disques Normal
All tracks by Santa Cruz except
“You Know I’m No Good” (Amy Winehouse)
All rights reservedPerformed by Santa Cruz
Recorded from 21 to 31 January 2014 at Le Faune Studio by Eric Orthuon
Mixed from 15 February to 07 March 2014 at Dynavolt studio by Eric Orthuon
Mastered at Globe Audio, Bordeaux, France, by Alexis Bardinet
Recording assistant, Xavier Aubert
Artwork by Jo River
Photos by Laurent Guizard
Graphic layout by erwanlemoigne.com
Advertisements